La vision béatifique selon saint Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg

Hervé Pasqua
5,00 € each
2012 - Fascicule n°3 2012 - Tome CXII
513 - 528
Article

Résumé

La question de la vision béatifique est très débattue à la fin du XIIIe siècle. Il s’agit de savoir quelle est la véritable nature du face à face de l’homme avec Dieu après la mort. Est-il de nature intellectuelle ou de teneur affective ? La discussion se poursuivra au temps de Dietrich au début du XIVe siècle, jusqu’au XVe avec le De visione Dei (1453) de Nicolas de Cues. Les partisans de la solution intellectualiste défendent l’idée que la vision béatifique se réalise par l’intellect. Dietrich de Freiberg se rattache à cette solution en soutenant la thèse selon laquelle la vision immédiate de Dieu se réalise par l’intellect agent, et non par l’intellect possible. Il veut montrer de manière exclusivement philosophique, donc non théologique, pour quelles raisons seul l’intellect agent peut pleinement parvenir à la connaissance de l’essence divine. Que devient alors la grâce du lumen gloriae dans cette perspective ?

Extrait

Certains historiens de la philosophie médiévale découvrent un intérêt à prospecter du côté des auteurs dont la pensée s’est développée en s’opposant au « spectre du thomisme », comme dit Anne-Sophie Robin. Dietrich de Freiberg (1240 ?-1318/1320), que les travaux de Kurt Flasch ont fait découvrir grâce à l’édition critique de ses œuvres et l’étude de sa pensée, est de ceux qui trouvent grâce à leurs yeux. Un thème retiendra notre attention, celui de la vision béatifique que le Fribourgeois développe dans son De visione beatifica (1296 selon K. Flasch / entre 1299 et 1304 selon Loris Sturlese), récemment traduit et publié, révélateur d’une option antithomiste et dont l’enjeu n’est pas sans importance.