Être et exister

Hervé Pasqua
8,00 € each
2022 - Fascicule n°4
122
CXXII
Décembre 2022
4
2022
715 - 731
Article
Etre

Résumé

Dans cet article, nous distinguons avec saint Thomas d’Aquin esse et existentia. L’être (esse) est indissociable de l’essence, aussi bien dans l’étant (ens) fini qu’en Dieu. Il s’ensuit que dans l’étant, l’être n’est pas sans essence et que l’essence n’est pas sans l’être. En d’autres termes, l’être de l’étant est l’acte d’un étant limité par une essence, sans laquelle il serait pure ex-sistence jetée dans le monde sans signification. Il ne faut donc pas confondre être comme actus essendi sans essence dans l’étant et être comme actus entis déterminé par une essence, être ut actus et être in actu. Saint Thomas affirme que l’être et
l’essence se nouent dans l’étant et le constituent comme tel.

Extrait

Dans son étude Penser l’existence, L’existence exposée. Époque médiévale, Jean-Christophe Bardout vise à dégager le concept d’existence comme un thème majeur de la philosophie. Il analyse l’histoire complexe de la « discrète et tardive » émergence de l’existence (existentia), qu’il veut élever à la dignité de concept aux côtés de l’être (esse) avec lequel on l’a fait entrer, à tort, en concurrence. L’entreprise est ambitieuse et bien menée. Elle n’en est pas moins risquée et ce risque s’avère réel quand l’auteur traite de la question chez saint Thomas d’Aquin. Pour ce dernier, l’être est indissociable de l’essence aussi bien dans l’étant fini qu’en Dieu, à cette différence près cependant, mais fondamentale, qu’en Dieu l’être et l’essence s’identifient et que dans l’étant fini, ils se distinguent. Il s’ensuit que l’être n’est pas sans essence et que l’essence n’est pas sans l’être. Ce nœud qui relie l’être et l’essence est défait par Heidegger. Nous savons qu’en parlant de « différence ontologique », ce dernier dénonce la confusion de l’étant avec sa représentation. Or, l’être de l’étant n’est pas sa représentation, il se donne à voir et à vivre à partir de lui-même, tel est le Dasein. Le Sein, toutefois, reste en retrait de ce qui se donne à voir , il est au-delà de l’essence, hors essence. Heidegger parle du Wesen du Dasein, communément traduit par « l’essence du Dasein », mais il faut comprendre Wesen au sens de « rendre présent ». Ainsi la traduction de « Das Wesen des Dasein liegt in seiner Existenz » donne : « L’essence du Dasein réside dans son existence ». Telle est « l’essence » du Dasein : il ek-siste en sortant de lui-même et se trouve jeté là dehors dans un étant dont, aussitôt apparu, l’être se retire en le laissant suspendu dans le vide. L’ek-sistence désigne donc ce qui se déroule à partir d’une origine. Mais quelle est cette origine ? Ek-sistere, c’est se tenir hors de, mais hors de quoi ? D’où provient ce qui provient ? S’il s’agit de l’être, l’être serait ce qui sort de soi. Or, l’être est un, c’est-à-dire indivis, il ne saurait se séparer de soi. D’où la question : l’être ek-siste-t-il ? La réponse à cette question relève d’un défi. Se trouve-telle chez l’Aquinate ? L’étude de Bardout révèle ici toute son utilité en demandant si l’existentia a une portée conceptuelle dans la pensée de l’Aquinate.