Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les articles (8)

Voici les articles du fascicule n°2 du tome xcix de la Revue Thomiste (publiés en 2003).

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Ce bulletin présente une quinzaine d ’ ouvrages récents sur la pensée musulmane. Les uns, par l ’ étude des auteurs et l ’ édition commentée des textes, envisagent la fécondité des diverses formes de rationalité (Kalâm, falsafa) qui se sont développées en contexte musulman. D ’ autres éclairent l ’ infl uence de l ’ islam sur la pensée européenne ou l ’ image que les Européens se sont forgés de l ’ islam.

  • Page de début 309
  • Page de fin 324
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Loin de constituer une totale nouveauté théologique du XIIe siècle, la notion de « grâce habituelle » — en son contenu même — s'enracine dans la Tradition, et déjà dans l'Écriture. Les Pères grecs, spécialement saint Irénée, saint Basile et saint Maxime, ont à leur manière intégré et surtout développé ce thème dans leur doctrine de la divinisation, en une conceptualité théologique étonnamment proche de celle de l'habitus infus médiéval dont saint Thomas déploiera toute la richesse.

  • Page de début 179
  • Page de fin 202
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Dans une perspective à la fois historique et doctrinale, deux ouvrages collectifs récents décrivent la succession des modèles qui ont permis de penser la science divine au Moyen Âge et à l'époque moderne. Le modèle néoplatonicien de la précontenance — Dieu connaît toute chose parce que toute chose préexiste en lui qui est la cause universelle et immédiate de tout — est mis à mal à la fin du XIIIe siècle par un nouveau modèle qui postule un univers intelligible d'objets représentés, désormais distinct de Dieu quoique produit par lui. Au terme, dans la scolastique moderne, l’univers intelligible acquiert une existence indépendante de la science divine. Dieu est réduit au statut d'un spectateur omniscient. Fallait-il en arriver là ?

  • Page de début 291
  • Page de fin 308
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    La doctrine de la satisfaction est une réponse à la question centrale de la christologie : pourquoi le Christ est-il mort sur la Croix ? Cette seconde partie de notre étude est consacrée à dégager les conditions christologiques conduisant à tenir une telle affirmation. Ce faisant, c’est toute la dimension économique du salut intervenant en christologie, trop souvent oubliée, qui se trouve mise en valeur. Car la satisfaction n’a pas d’autre objet que de montrer comment le Christ a répondu au dessein du Père de nous sauver dans la chair.

  • Page de début 203
  • Page de fin 248
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Page de début 342
  • Page de fin 352
  • Catégorie Recensions

Informations supplémentaires

  • Page de début 177
  • Page de fin 178
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Page de début 325
  • Page de fin 341
  • Catégorie Recensions

Informations supplémentaires

  • Résumé

    L'âpre débat sur le droit à la liberté religieuse, « concept technico-juridique » (J. Hamer), s'est prolongé après Vatican II : les progressistes ont prétexté la « nouveauté » de cette doctrine pour justifier des changements en morale ; les traditionalistes ont refusé le nouveau Magistère en l'opposant à l'ancien. Le Concile n'a fait que notifier, en période pluraliste, un droit de non-coaction, dans de justes limites. Cependant, deux autres écueils ont paru : 1°, Dignitatis humanae ne constitue pas un manifeste pour religion individualiste. Le rôle des pouvoirs publics en religion apparaît diminué sans la doctrine sociale intégrale : l'État, directement incompétent en religion, doit avouer sa compétence indirecte par sa perception et dela loi naturelle apprise de l'Église et du bien commun national. Il doit même, selon la justice distributive, promouvoir internationalement la réciprocité (égalité de traitement); et, selon la justice commutative, il doit stimuler sans pénalité les individus à la recherche de la vérité religieuse. 2°, le second écueil est la dérive en canonistique sur la liberté intra-ecclésiale : elle sera analysée dans un prochain numéro.

  • Page de début 249
  • Page de fin 290
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)