Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste
La revue thomiste

La revue thomiste (4152)

Informations supplémentaires

  • Page de début 387
  • Page de fin 416
  • Catégorie Recensions

Informations supplémentaires

  • Page de début 243
  • Page de fin 244
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Page de début 241
  • Page de fin 242
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Page de début 23
  • Page de fin 24
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Extrait

    Le dernier événement de cette année sur lequel je voudrais m’arrêter en cette occasion est la célébration de la conclusion du concile Vatican II, il y a quarante ans. Ce souvenir suscite la question suivante : Quel a été le résultat du Concile ? A-t-il été accueilli de la juste façon ? Dans l’accueil du Concile, qu’est-ce qui a été positif, insuffisant ou erroné ? Que reste-t-il encore à accomplir ? Personne ne peut nier que, dans de vastes parties de l’Église, la réception du Concile s’est déroulée de manière plutôt difficile, même sans vouloir appliquer à ce qui s’est passé en ces années la description que le grand Docteur de l’Église, saint Basile, fait de la situation de l’Église après le concile de Nicée : il la compare à une bataille navale dans l’obscurité de la tempête, disant entre autres : « Le cri rauque de ceux qui, en raison de la discorde, se dressent les uns contre les autres, les bavardages incompréhensibles, le bruit confus des clameurs ininterrompues a désormais rempli presque toute l’Église en faussant, par excès ou par défaut, la juste doctrine de la foi. » Nous ne voulons pas précisément appliquer cette description dramatique à la situation de l’après-Concile, mais quelque chose de ce qui s’est produit s’y reflète toutefois. La question suivante apparaît : pourquoi l’accueil du Concile, dans de grandes parties de l’Église, s’est-il jusqu’à présent déroulé de manière aussi difficile ? Eh bien, tout dépend de la juste interprétation du Concile ou — comme nous le dirions aujourd’hui — de sa juste herméneutique, de la juste clef de lecture et d’application. Les problèmes de la réception sont nés du fait que deux herméneutiques contraires se sont trouvées confrontées et sont entrées en conflit. L’une a causé de la confusion, l’autre, silencieusement mais de manière toujours plus visible, a porté des fruits. D’un côté, il existe une interprétation que je voudrais appeler « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » ; celle-ci a souvent pu compter sur la sympathie des mass media, et également d’une partie de la théologie moderne. D’autre part, il y a l’« herméneutique de la réforme », du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Église, que le Seigneur nous a donné ; c’est un sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche.

  • Page de début 13
  • Page de fin 22
  • Catégorie Article

Informations supplémentaires

  • Page de début 1
  • Page de fin 4
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Page de début 697
  • Page de fin 704
  • Catégorie Table des matières

Informations supplémentaires

  • Page de début 661
  • Page de fin 696
  • Catégorie Recensions

Informations supplémentaires

  • Résumé

  • Extrait

  • Page de début 529
  • Page de fin 530
  • Catégorie Couverture

Informations supplémentaires

  • Page de début 521
  • Page de fin 528
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)
Page 12 sur 297