Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
samedi, 31 décembre 2011 13:00

Science et conscience

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Einstein, dit-on, aurait regretté de n’avoir pas fait une carrière de plombier, et ainsi évité d’avoir à constater les effets désastreux de ses illustres découvertes. On se désole volontiers aujourd’hui de ce que les acquis longtemps inenvisageables de nos sciences n’aient pas été doublés d’un renforcement de la conscience morale capable de faire obstacle à leurs emplois inhumains, mais soient plutôt allés de pair avec un affaiblissement de celle-ci. Cette situation et le pessimisme qu’elle induit sont toutefois encouragés par une séparation, jusqu’à l’opposition, des aspects théorique et pratique de la conscience — héritage du criticisme kantien — ou, comme on dit aujourd’hui, des faits et des valeurs — héritage du scientisme positiviste. La mise en question de cette opposition — au fond paradoxale puisque les notions de science et de conscience paraissent impensables l’une sans l’autre — peut apparaître comme une issue à ce pessimisme parfois larmoyant, dont Rabelais nous a légué une formulation inoubliable.

  • Extrait:

    « Science sans conscience n’est que ruine »… de la planète Terre. Rabelais, en son temps, ne trouvait à parler que de « l’âme », car il ne pouvait guère envisager encore les effets aujourd’hui inquiétants du développement des multiples techniques industrielles qui, à la différence des arts antiques et médiévaux, furent de plus en plus l’application de connaissances scientifiques préalablement conquises, au lieu d’être, comme ceux-là, une médiation pratique vers leur théorisation abstraite. Aristote avait remarqué assez lucidement que l’invention des arts — les téchnaï — avait précédé historiquement celle des sciences, ce que la paléontologie et la préhistoire n’ont fait que confirmer : les 2500 ans d’âge de nos sciences ont été précédés par des dizaines de millénaires d’inventivité pragmatique, chez un homo faber qui, pendant très longtemps, n’aura été sapiens qu’en instituant spontanément — c’était déjà énorme et décisif — les systèmes symboliques qui sont à l’origine de nos langues.

  • Page de début: 583
  • Page de fin: 616
  • Catégorie: Article
Lu 1774 fois
NODÉ-LANGLOIS Michel

Michel Nodé-Langlois, ancien élève de l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), agrégé de philosophie, est professeur honoraire de Première supérieure (khâgne classique) au lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, et chargé d’enseignement honoraire de l’Institut catholique de Toulouse, à la Faculté de philosophie.khâgne). Publications récentes : Le vocabulaire de saint Thomas d’Aquin (Ellipses, réédition 2009) ; Petite introduction à la question de l’être : l’invention aristotélicienne de la métaphysique (Téqui 2008) ; Faire Naître. De la conception à la naissance, l’art au service de la nature ? (Collectif, Artège, septembre 2009) ; Au service de la Sagesse (Tempora, novembre 2009) ; Personne, qui es-tu ? (Toulouse, Presses universitaires de l’IPC, 2014) ; Questions de philosophie (Paris, DDB/Artège, 2014) ; Thomas d’Aquin. Penser le politique (Textes traduits, Dalloz, 2015) ; Je crois en un seul Dieu, Méditations sur le Credo (Téqui, 2018) ; Thomas d’Aquin. Commentaires politiques (Artège-Lethielleux, 2019). Site internet : michelnodelanglois.e-monsite.com

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.