Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2011 - Tome CXI > 2011 - Fascicule n°1 > Les articles > Wittgenstein, saint Thomas et l’intériorité
samedi, 31 décembre 2011 13:00

Wittgenstein, saint Thomas et l’intériorité

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    La traduction anglaise du livre de Roger Pouivet Après Wittgenstein, saint Thomas fournit l’occasion d’une critique circonstanciée de la thèse principale de cet audacieux ouvrage, selon lequel le théologien médiéval rejoindrait le philosophe contemporain dans une commune critique de l’internalisme : il n’existerait pas d’actes mentaux indépendamment du langage qui les constitue. Une analyse minutieuse de toutes les citations de saint Thomas convoquées à cet effet conduit à un constat sévère : les textes de saint Thomas sont sollicités de manière indue, et leur interprétation voisine en permanence le contresens. Il n’est pas impossible que de telles erreurs de lecture proviennent de l’actuelle éclipse de la métaphysique, qui a pour conséquence qu’on cherche à décrire la vie mentale plutôt qu’à l’analyser.

  • Extrait:

    La traduction anglaise du livre de Roger Pouivet intitulé Après Wittgenstein, saint Thomas donne l’occasion de s’interroger sur la façon dont l’auteur lit Thomas d’Aquin quand il invite à un rapprochement inattendu entre un théologien du XIIIe siècle et un philosophe contemporain. Paru il y a quinze ans, ce petit ouvrage relève un grand défi : comment concilier les études médiévales avec nos questions contemporaines ? Il le fait un peu dans la perspective adoptée en 1982 par la Cambridge History of Later Medieval Philosophy : comment présenter la philosophie médiévale de manière à clore l’ère où celle-ci était étudiée dans un ghetto philosophique, puisque, d’un côté, la plupart de ceux qui s’y livraient étaient peu familiarisés avec la philosophie analytique et que, d’un autre côté, la majeure partie du travail philosophique contemporain témoignait d’une parfaite ignorance des idées des médiévaux ?

  • Page de début: 35
  • Page de fin: 65
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Une discutable lecture de Roger Pouivet
Lu 1719 fois
PUTALLAZ François-Xavier

François-Xavier Putallaz enseigne la philosophie à l’Université de Fribourg et à Sion. Professeur invité aux Universités de Genève, Lausanne et à l’EPHE de Paris. Directeur de collection aux éditions du Cerf à Paris et à Academic Press Fribourg. Parmi ses ouvrages: Le sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991; La connaissance de soi au XIIIe siècle. De Matthieu d’Aquasparta à Thierry de Freiberg, Paris, Vrin, 1991; Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris-Fribourg, 1995; Figures franciscaines. De Bonaventure à Duns Scot, Paris, Cerf, 1997; (avec Michel Salamolard): Le sens de l’homme, au coeur de la bioéthique, Saint-Augustin, Saint-Maurice, 2006; (avec Bernard Schumacher): L’humain et la personne, Paris, Cerf, 2008.

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.