Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2020 - Tome CXX > 2020 - Fascicule n°2 > Les articles > Heurs et malheurs du bien commun : de Thomas d’Aquin à Vatican II
lundi, 05 juillet 2021 23:02

Heurs et malheurs du bien commun : de Thomas d’Aquin à Vatican II

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    La notion de bien commun, centrale en matière politique, a connu un développement décisif dans les oeuvres de Thomas d’Aquin. Celui-ci élabore sa conception en saisissant les apports du stoïcisme romain et de la tradition augustinienne dans la doctrine aristotélicienne du bien politique. Après Thomas d’Aquin la notion s’appauvrit à l’époque moderne et finit par s’évanouir. Remise en lumière par le magistère pontifical à partir de Léon XIII, la notion est reprise par différents auteurs au xxe siècle et consacrée par le concile Vatican II, quoique sous une forme très diminuée au regard de l’ampleur qu’elle avait chez saint Thomas.

  • Extrait:

    Les doctrines théologiques sont à l’image des oeuvres humaines : elles ont leurs modes, leurs engouements et leurs oublis. Telle notion qui semblait centrale dans un domaine à un moment donné s’amoindrit, s’évanouit et finit parfois par disparaître, pour renaître des siècles plus tard, à la faveur de circonstances nouvelles, qui témoignent du manque suscité par cette absence. Ainsi en va-t-il, en théologie politique, de la notion de bien commun. Née à Rome, mais nourrie des élaborations antérieures des Grecs, acquise par la tradition patristique latine, elle  connaît un déploiement unique chez Thomas d’Aquin, qui la lègue à la tradition qui le suit. Toujours évoquée, elle apparaît cependant  ppauvrie, déformée, à l’orée de l’époque moderne, pour céder la place, fugitivement, à l’intérêt général ou à l’utilité commune. On peut probablement affirmer que le bien commun disparaît du champ de la théologie aux XVIIIe et XIXe siècles, pour ne reparaître qu’à la fin de ce dernier, sous le pontificat de Léon XIII.

  • Page de début: 255
  • Page de fin: 308
  • Catégorie: Article
Lu 269 fois
DAGUET François

Le fr. François Daguet, docteur en théologie, appartient au couvent des dominicains de Toulouse. Professeur de théologie, il est directeur de l’Institut Saint-Thomas d’Aquin. Dernières publications : Théologie du dessein divin chez Thomas d’Aquin (Vrin, 2003) ; Du politique chez Thomas d’Aquin (Paris, Vrin, 2015).

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.