Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2020 - Tome CXX > 2020 - Fascicule n°1 > Les articles > Le bien, l’appétit et l’amour chez Thomas d’Aquin : L’agapè peut-il sauver l’eros ?
vendredi, 02 juillet 2021 15:35

Le bien, l’appétit et l’amour chez Thomas d’Aquin : L’agapè peut-il sauver l’eros ?

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Sans la charité, l’eros devient vulgaire et égoïste, tandis que la charité surélève l’amour humain en lui donnant de surcroît de se perfectionner lui-même. Pour comprendre cette conciliation et la favoriser, il est utile de cerner ce qu’est cet appétit naturel, par lequel tout être de la nature recherche son propre bien. La volonté humaine aussi cherche sa perfection : tout homme désire être heureux, et cela de manière nécessaire : le choix délibéré se greffe sur cet élan primordial de la volonté. Mais que faire si la volonté se détourne de son véritable bien, et croit trouver le bonheur dans des biens incapables de supporter pareille charge affective ? Alors l’amour déchoit. Aussi la charité rectifie-t-elle cet élan primordial : en lui redonnant sa rectitude, et plus encore, elle sauve l’amour humain, et permet de chanter avec jubilation : Ubi caritas et amor, Deus ibi est.

  • Extrait:

    Ubi caritas et amor, Deus ibi est. L’agapè et l’eros s’harmonisent dans la mesure où la charité surélève l’amour humain en lui donnant de surcroît de se perfectionner lui-même : « C’est ainsi que le moment de l’agapè s’insère en lui [eros], écrit Benoît XV ; sinon l’eros déchoit et perd aussi sa nature même. » Sans la charité, l’eros déchoit même inexorablement : il devient vulgaire, érotique et égoïste, fleurant avec l’idolâtrie parfois. Un eros vulgaire constitue un phénomène passablement courant, si on considère les moeurs de l’humanité qui n’ont guère brillé dans l’histoire. Mais il arrive que la voie inverse, très spiritualisante, conduise au même résultat : elle a été cette fois empruntée par des chrétiens.Voici comment.

  • Page de début: 77
  • Page de fin: 98
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: L’agapè peut-il sauver l’eros ?
Lu 374 fois
PUTALLAZ François-Xavier

François-Xavier Putallaz enseigne la philosophie à l’Université de Fribourg et à Sion. Professeur invité aux Universités de Genève, Lausanne et à l’EPHE de Paris. Directeur de collection aux éditions du Cerf à Paris et à Academic Press Fribourg. Parmi ses ouvrages: Le sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991; La connaissance de soi au XIIIe siècle. De Matthieu d’Aquasparta à Thierry de Freiberg, Paris, Vrin, 1991; Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris-Fribourg, 1995; Figures franciscaines. De Bonaventure à Duns Scot, Paris, Cerf, 1997; (avec Michel Salamolard): Le sens de l’homme, au coeur de la bioéthique, Saint-Augustin, Saint-Maurice, 2006; (avec Bernard Schumacher): L’humain et la personne, Paris, Cerf, 2008.

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.