Imprimer cette page
mardi, 03 novembre 2020 23:01

Le bien et les transcendantaux selon saint Thomas

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Le bien fait partie de ce qui est devenu le traité des transcendantaux. Mais une telle constitution est à la fois postérieure à Thomas d’Aquin et en partie étrangère à sa pensée, pour des raisons tant théologiques que philosophiques. Il n’empêche que Thomas parle du bien comme il parle de l’être ou de l’un. Notamment, il veut, après Denys, parler de Dieu comme Bien, ce qui est autre chose que d’appliquer à Dieu un concept préalable de bien. Rien ne précède Dieu, aucun concept ne s’applique à lui : c’est lui au contraire qui oblige à redistribuer les concepts. Cette rétroversion pose, de surcroît, la question d’une constitution thomasienne de la métaphysique.

  • Extrait:

    La présente intervention risque d’être, à bien des égards, apéritive et seulement telle. Elle s’attache à situer le bien, entendu comme une question, plutôt qu’à la traiter. Traiter une question, c’est en explorer le contenu doctrinal. La situer, c’est caractériser son identité et sa fonction, sans l’extraire trop vite de son contexte, tant externe qu’interne. Plutôt que de l’extraire, il s’agit de tenter d’identifier la place qu’elle occupe. Chez un auteur, la place occupée en dit long sur sa vérité. Constater que Thomas parle du bien, et en parle bien, relèverait de la trivialité. Mais se  emander de quelle manière il envisage ce sujet présente des difficultés. Elles sont de principe. Trois difficultés rendent malaisée la mise en valeur du thème du bien.
    La première touche à sa constitution, à ce qu’il est convenu d’appeler les transcendantaux. Comme si, chez Thomas, les transcendantaux faisaient
    l’objet d’un traité, et, qui plus est, philosophique d’appartenance, à même de précéder, comme de juste, la théologie.
    La deuxième difficulté est théologique. La bonté de Dieu donne l’occasion à Thomas de distribuer son propos en commençant par le bien en général, avant de parler du Dieu bon. Dieu serait-il un cas particulier, fût-il éminent, de la bonté ? Il serait alors un cas au même titre que l’être, ce qui suppose un concept d’être à même d’embrasser Dieu.
    La troisième difficulté, sous la pression des deux précédentes, s’enquiert de savoir quel est le lieu d’une métaphysique du bien, comme des autres transcendantaux. Ce lieu est-il une enclave de la théologie ou au contraire un chapitre de la métaphysique ?

  • Page de début: 7
  • Page de fin: 23
  • Catégorie: Article
Lu 898 fois
HUMBRECHT Thierry-Dominique

Fr. Thierry-Dominique Humbrecht, né à Paris en 1962, dominicain, enseigne au Studium dominicain de Bordeaux, aux Instituts catholiques de Paris et de Toulouse  (professeur), à l’Institut Saint-Thomas-d’Aquin (Toulouse). Docteur en philosophie (Théologie négative et noms divins chez saint Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2006) et en théologie (Trinité et création au prisme de la voie négative chez saint Thomas d’Aquin, Paris, Parole et Silence, 2011), il collabore à la réédition de certains ouvrages d’Étienne Gilson et à la préparation de ses Œuvres complètes (Vrin).

Articles récents de HUMBRECHT Thierry-Dominique

Articles autour du même thème

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)