Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > The thomistic periodical > The publications > 2010 - Volume CX > Booklet number 1 > The articles > Religion et droit naturel chez saint Thomas d’Aquin
Friday, 31 December 2010 13:00

Religion et droit naturel chez saint Thomas d’Aquin

Written by
Rate this item
(0 votes)

Additional Info

  • Abstract:

    This paper explores what kind of legal framework for religion in human communities Aquinas’ theology outlines. It appears that, in spite of blatant differences in conclusions, principles worked out by Aquinas tally widely with the doctrine of the 2nd Vatican Council on religious freedom. Especially in the Summa theologiae, Aquinas broke loose from the common augustinian influence of his time : religion is not a mere byproduct of theological virtues. He distinguished between what specifies religion as a virtue, that is worshipping God, from what makes a religious act meritorious and sanctifying, that is infused grace and gifts. Consequences are then drawn about tolerance towards other religions and the relationship between the State and religion.

  • Extract:

    La déclaration conciliaire Dignitatis humanae personae avec la promulgation par Paul VI du Missel romain ont assurément cristallisé la polémique dans le travail ecclésial de réception du concile Vatican II. Les papes Paul VI et Jean-Paul II ont œuvré pour affermir une pleine et juste réception de ce concile pour le bien de l’Église et le pape Benoît XVI fait aujourd’hui de même. Ce labeur ne se fait pas sans difficulté et douleurs, ni sans illusions ou amertume. Le pape Benoît XVI dans son discours à la Curie du 22 décembre 2005 a fait une analyse précise des enjeux et des difficultés de cette réception du concile Vatican II. Dans cette partie de son discours, il s’attarde longuement sur le problème posé par Dignitatis humanae. Pour le pape, la question du rapport entre l’Église et l’État moderne est un des trois grands axes sur lesquels le travail du Concile devait porter pour répondre aux intentions de Jean XXIII de présenter la doctrine de l’Église d’une façon qui soit conforme aux exigences de notre temps. Benoît XVI interprète l’expression « notre temps » comme signifiant « l’époque moderne ».

  • Page number (beginning): 139
  • Page number (end): 188
  • Category: Article
  • Sous-titre: Conséquences pour la législation civile de la religion et du culte
Read 2005 times
AMÉCOURT Joseph (d')

Le fr. Joseph d’Amécourt, o.p. de la Province de France enseigne la philosophie à l’Université de l’Angélique à Rome.

€5.11
(Incl. 2.1% tax)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.