Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > The thomistic periodical > The publications > 2020 - Tome CXX > 2020 - Fascicule n°3 > Les articles > L’étant, l’être et l’un : Enjeux pour l'anthropologie de Thomas d'Aquin
Tuesday, 07 September 2021 23:10

L’étant, l’être et l’un : Enjeux pour l'anthropologie de Thomas d'Aquin

Written by
Rate this item
(0 votes)
×Sorry, there is no translation available.

Additional Info

  • Abstract:

    On n’a pas assez remarqué une thèse d’Aristote : la question de l’union de l’âme et du corps ne se pose pas ! C’est une fausse question pour dualistes : « Il n’y a pas à chercher si l’âme et le corps sont un, pas plus qu’on ne le fait pour la cire et l’empreinte. » Or Aristote n’en donne qu’une explication laconique : « En effet, l’un et l’être se prennent en plusieurs sens, mais au sens propre, ce sens c’est l’acte. » Pour décrypter cette remarque, il faut cerner ce qu’est l’un, cette propriété générale de tout être. L’étude s’emploie à dégager la nouveauté propre à saint Thomas : l’un n’est pas seulement l’indivision de tout étant, mais il trouve son expression ultime dans l’unité de l’existence. Comprendre cela permet de pénétrer dans la profondeur de l’unité humaine : nous vivons corporellement de la vie même de l’âme spirituelle. La pensée thomasienne coupe court à toute velléité d’éclatement de l’homme, comme si celui-ci pouvait jamais être animal ou humain sans être une personne.

  • Extract:

    Cela se passe au couvent Sainte-Sabine de Rome, entre la fin de l’année 1267 et l’automne 1268. Lorsque Thomas d’Aquin y commente le Traité de l’âme d’Aristote, il rencontre cette formule étonnante : « Il n’y a pas à chercher si l’âme et le corps sont un, pas plus qu’on ne le fait pour la cire et l’empreinte. » L’explication qu’en donne alors Aristote est pour le moins elliptique : « En effet l’un et l’être se prennent en plusieurs sens, mais au sens propre, ce sens c’est l’acte. » Et c’est tout.
    Je tenterai d’expliquer le lien entre ces deux phrases. Je le ferai à la lumière de la pensée de Thomas d’Aquin, en articulant sa métaphysique et son anthropologie : comment comprendre l’unité de l’être humain, à la lumière de l’identité métaphysique entre l’un et l’étant ?

  • Page number (beginning): 355
  • Page number (end): 372
  • Category: Article
Read 94 times
PUTALLAZ François-Xavier

François-Xavier Putallaz enseigne la philosophie à l’Université de Fribourg et à Sion. Professeur invité aux Universités de Genève, Lausanne et à l’EPHE de Paris. Directeur de collection aux éditions du Cerf à Paris et à Academic Press Fribourg. Parmi ses ouvrages: Le sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991; La connaissance de soi au XIIIe siècle. De Matthieu d’Aquasparta à Thierry de Freiberg, Paris, Vrin, 1991; Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris-Fribourg, 1995; Figures franciscaines. De Bonaventure à Duns Scot, Paris, Cerf, 1997; (avec Michel Salamolard): Le sens de l’homme, au coeur de la bioéthique, Saint-Augustin, Saint-Maurice, 2006; (avec Bernard Schumacher): L’humain et la personne, Paris, Cerf, 2008.

€8.17
(Incl. 2.1% tax)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.