Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > The thomistic periodical > The publications > 2020 - Tome CXX > 2020 - Fascicule n°2 > Les articles > La résolution des principes de la raison pratique chez saint Thomas
Monday, 05 July 2021 15:11

La résolution des principes de la raison pratique chez saint Thomas

Written by
Rate this item
(0 votes)
×Sorry, there is no translation available.

Additional Info

  • Abstract:

    Parmi les thomistes, il y a différentes explications de la façon dont les principes de la raison pratique sont liés à notre connaissance du monde. Certains, comme Joseph de Finance,  éfendent une conception transcendantale de la raison pratique ; d’autres une conception naturaliste. Certains de ce dernier groupe, comme John Finnis, croient que nous saisissons les principes de la raison pratique à travers nos inclinations naturelles et sans aucune compréhension spéculative préalable de ce qui rend un certain type de choses bonnes. Ces deux interprétations n’accordent pas suffisamment d’importance au genre d’analyse, à savoir une resolutio secundum rationem, par laquelle saint Thomas découvre la structure conceptuelle de la raison pratique. À la lumière de cette analyse, il propose plutôt une conception naturaliste et dérivationiste de la raison pratique.

  • Extract:

    Qu’est-ce que le bien ? Cette question peut être posée sur un registre métaphysique ou éthique. Cependant, choisir l’un conduit inévitablement à l’autre. D’une part, nous devons déterminer si nos jugements moraux sont ancrés dans la réalité. D’autre part, nous devons établir si notre conception du monde s’accompagne de certaines exigences morales. Jamais cela n’a été mis en relief plus clairement que dans l’oeuvre qui est à la racine de la métaphysique, de l’éthique et de la philosophie politique tout à la fois : la République de Platon. Face à
    la formulation plus raffinée que Glaucon fait du défi de Thrasymaque, Platon se rend compte qu’il doit développer une métaphysique pour fonder la justice, c’est-à-dire la moralité. Il continue à fonder l’éthique et la réalité sur le même principe fondamental : l’idée du bien.Thomas d’Aquin, à qui cet article est dédié, est d’accord avec une version révisée de cette thèse. À son avis, la source ultime du bien se trouve en Dieu, l’Ipsum esse subsistens. Au début de la Somme de théologie, après avoir plaidé en faveur de l’existence, de la simplicité et de la perfection de ce que nous appelons Dieu (Ia, q. 2-4), il aborde la nature du bien (Ia, q. 5) et soutient que Dieu est le bien même (Ia, q. 6). De cette façon, il traite de la question métaphysique du bien. Mais qu’en est-il de la question éthique ?

  • Page number (beginning): 179
  • Page number (end): 206
  • Category: Article
  • Sous-titre: Le thomisme et le problème de la relation de la raison pratique à l'être
Read 402 times
FARRELL Dominic

Dominic Farrell, l.c., est professeur ordinaire de la faculté de philosophie à l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum de Rome. Son enseignement et sa recherche se concentrent sur la philosophie morale et politique, et celle de saint Thomas en particulier. Il a publié divers chapitres de livres sur la pensée de saint Thomas sur les vertus et la loi naturelle, et des articles dans Alpha Omega et la Review of Metaphysics. Il est l’auteur d’une étude intitulée The Ends of the Moral Virtues and the First Principles of Practical Reason in St.Thomas Aquinas (Gregorian and Biblical Press, 2012).

€8.17
(Incl. 2.1% tax)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.